En route vers le désert… Jour 4

En route vers le désert…
Séjour culturel et citoyen à Beni Abbes


Après le petit déjeuner servi comme chaque matin par le bienveillant Walid de Ouarourout, nous nous dirigeons vers l’ancienne école de Beni Abbes, occupée par l’Association Bayad Essaad (du nom du bijou qu’une mère confectionne pour sa fille lors de son mariage). Les mots semblent des outils dérisoires pour décrire la force et la fougue de Moubarika, présidente de cette association qui accompagne les femmes de Beni Abbes pour leur émancipation professionnelle et travaille aussi à leur alphabétisation. A force de courage et de détermination, elle a pu conquérir le lieu qui lui sert de local, elle a pu mettre en place un atelier de couture, elle travaille au maintien et à la transmission d’El Hadra (chants féminins). Nous sortons impressionnés et bouleversés. Moubarika invite les filles du groupe seules à assister à un mariage qu’elle animera en après-midi ; discrimination !
La deuxième escale de la journée est l’Association Besma qui a pour objectif d’aider les personnes handicapées. L’Association existe depuis plus d’une dizaine d’années et aide les personnes handicapées dans leur démarches administratives diverses. Mais une nouvelle équipe présidée par le jeune Ayoub et installée depuis 3 ans a donné une nouvelle impulsion à cette organisation : création d’un atelier informatique ouvert pour les personnes atteintes d’handicap ou non, afin de favoriser la mixité ; aussi la formation d’éducatrices pour encadrer des enfants en déficience mentale et bien d’autres projets.
Après le mariage, les filles nous rejoignent au musée consacré à la géologie, la faune et la flore de la région. Khalil notre jeune acolyte de 12 ans nous présente la mascotte du musée ; une tortue de plus de 90 ans.
Notre dernière rencontre de la journée se fait avec Kada, Président de l’Association Ouarourout, dans la grotte de Djamel, un endroit assez particulier tenu par une personne singulière. Kada est une source d’informations qui nous abreuve de renseignements et de légendes sur Beni Abbes pendant que Djamel nous prépare un thé. De la préhistoire à la restauration de vieilles bâtisses pour construire le gîte en passant par la célébration du Mawlid, Kada nous éclaire sur les différentes strates qui composent la société de la cité.
Avant le dîner, Ayoub et Leila nous ont appris le Siq, un jeu ancestral de Beni Abbes. Mohamed devient accro. Amel a la chance du débutant, ce n’est pas le cas de Hind. Ca triche un peu ! Wahab nous fait la surprise de ramener son groupe de Meya pour la soirée…

Partager cette page via: