Présentation

L'ecrivain

Présentation de l'ecrivain

Mohammed Dib nait à Tlemcen. Jeune, il écrit des poèmes et peind. Sa rencontre avec un instituteur français, Roger Bellissant le pousse vers l'écriture. Mohammed Dib devient instituteur puis dessinateur de maquettes de tapis, journaliste au journal progressiste Alger républicaine et au journal du Parti communiste algérien. Il se marie avec Colette Bellissant, dont il a quatre enfants. Il séjourne à plusieurs reprises en France, fait paraître aux éditions du Seuil La Grande Maison, premier volet de sa trilogie Algérie, inspirée par sa ville natale, qui décrit l'atmosphère de l'Algérie rurale. Les deux autres volets de la trilogie sont L'Incendie et Le Métier à tisser. Un été africain aborde explicitement le thème de la guerre d'indépendance. Il est chassé d'Algérie à cause de ses activités militantes mais André Malraux et Albert Camus interviennent pour qu'il s'installe en France. Il habite alors à Mougins, dans les Alpes-Maritimes. En 1962, Qui se souvient de la mer marque un tournant de son écriture qui devient plus onirique et le fantastique. Dans Cours sur la rive sauvage et La Danse du roi, il poursuit une quête introspective autour des thèmes de la condition humaine, de la féminité et de la mort. Mohammed Dib enseigne ensuite à l'Université de Californie à Los Angeles, qui lui inspirera son roman en vers « L.A. Trip ». À partir de 1975 il se rend plusieurs fois en Finlande où il collabore, avec Guillevic, à des traductions d'écrivains finlandais. Ces séjours lui inspirent sa « trilogie nordique » : Neiges de marbre, Le Sommeil d'Ève et L'Infante maure. Ses recueils de poèmes, Omneros, Feu beau feu, sont des célébrations de l'amour et de l'érotisme. Dans ses derniers livres, Simorgh, puis Laëzza, terminé peu avant sa mort, il revient, sous la forme d'un puzzle littéraire, sur ses souvenirs de jeunesse.
Mohammed Dib a reçu de nombreux Prix dont le Grand Prix de la Francophonie de l'Académie française en 1994, attribué pour la première fois à un écrivain maghrébin et en 1998 le Prix Mallarmé pour son recueil de poèmes L'enfant-jazz. A la fin de sa vie, il aurait été question de lui attribuer le Prix Nobel de littérature...


Oeuvres :
-La Grande Maison, roman, Le Seuil, 1952 et Points Seuil. Prix Fénéon,1953.
-L'Incendie, roman, Le Seuil, 1954 et Points Seuil.
-Au café, nouvelles, Gallimard, 1955; Sindbad, 1984.
-Le Métier à tisser , roman, Le Seuil, 1957 et Points Seuil.
-Baba Fekrane, contes pour enfants, La Farandole, 1959.
-Ombre gardienne, poèmes, Gallimard, 1960; Sindbad, 1981; La Différence, 2003.
-Qui se souvient de la mer, roman, Le Seuil, 1962, Points Seuil, Paris, La Différence, coll. "Minos", 2007.
-La Danse du roi, roman, Le Seuil, 1968.
-Dieu en barbarie, roman, Le Seuil, 1970.
-Formulaires, poèmes, Le Seuil, 1970.
-Le Maître de chasse, roman, Le Seuil, 1973 et Points Seuil.
-Le Chat qui boude, contes pour enfants, La Farandole, 1974 et Albin Michel, 2004.
-Omneros, poèmes, Le Seuil,1975.
-Habel, roman, Le Seuil, 1977.
-Feu beau feu, poèmes, Le Seuil, 1979.
-Les Terrasses d'Orsol, roman, Sindbad, 1985; Paris, La Différence, coll. "Minos", 2002.
-Le Sommeil d'Ève, roman, Sindbad, 1989; Paris, La Différence, coll. "Minos", 2003.
-Neiges de marbre, roman, Sindbad, 1990; Paris, La Différence, coll. "Minos", 2003.
-Le Désert sans détour, roman, Sindbad, 1992, Paris, La Différence, coll. "Minos", 2006.
-L'Infante maure, roman, Albin Michel, 1994.
-Tlemcen ou les lieux de l'écriture, textes et photos, La Revue noire, 1994.
-La Nuit sauvage, roman, Albin Michel, 1995.
-Si Diable veut, roman, Albin Michel, 1998.
-L'Arbre à dires, nouvelles, essai, Albin Michel, 1998.
-L'Enfant jazz, poèmes, La Différence, 1998.
-Le CÅ“ur insulaire, poèmes, La Différence, 2000.
-Comme un bruit d'abeilles, Albin Michel, 2001.
-L.A. Trip, roman, Paris, La Différence, 2003.
-Simorgh, nouvelles, essai, Albin Michel, 2003.
-Laëzza, nouvelles, essai,, Albin Michel, 2006.
-Poésies, Paris, "Oeuvres complètes", La Différence, 2007.